De la question aux données …

Rappelons notre question de départ :  » Avons-nous conscience de TOUT ce qui est capté par notre cerveau ?  » . J’essaierais ici de trouver un premier élément de réponse. Le but est de faire avancer ma recherche et mon questionnement en apportant une critique constructive sur les réponses trouvées.

D’après une étude menée par un étudiant en doctorat à l’Université d’Arizona, nous ne sommes pas au courant de tout ce qui est capté par notre cerveau. En effet, ce dernier percevrait quotidiennement des choses dont nous n’aurions pas conscience.

Jay Sanguinetti, l’étudiant à l’origine de ce projet, a demandé à plusieurs volontaires d’observer sur un écran une suite de silhouettes noires. Certaines d’entre elles cachaient des objets dans les espaces blancs. Pour mieux comprendre de quoi je parle, voici une image telle que celles utilisées pendant l’expérience.

La question que s’est posée Sanguinetti est la suivante « Est-ce que le cerveau reconnaît et traite ces formes cachées même quand la personne ne les voit pas consciemment ? » . La réponse est oui. En effet, ce test réalisé sur plusieurs personnes a permis de conclure à chaque fois la même chose : le cerveau reconnaît ces objets cachés avant même que la personne ait conscience qu’elle les a reconnus.

Allons plus dans le détail :

Sanguinetti a fait passer une suite d’images, comme celle présentée ci-dessus, à une personne volontaire. Pendant ce temps, l’activité cérébrale de cette dernière était mesurée grâce à des électrodes placées sur sa tête (voir ci-contre).

Sur le graphique représentant l’activité cérébrale de la volontaire (voir ci-dessous) nous pouvons voir une sorte de « vague » appelée N400. Cette dernière indique que le cerveau a reconnu un objet et l’a associé à un sens particulier. Et tout ceci 400 millisecondes après que l’image ait été montrée (d’où le N400). Autrement dit, le cerveau a « vu » l’objet caché et a « compris » qu’il s’agissait d’un objet réel.

Puis, au même moment, Sanguinetti a demandé à la personne volontaire si elle voyait l’objet caché et cette dernière répondait négativement. Ce n’est seulement qu’au bout de plusieurs secondes que la personne ne se rend compte de la forme cachée.

Ces données me semblent fiables et l’expérience a l’air solide. Néanmoins, la réponse me semble un peu trop généralisée pour le cas traité. Je m’explique : Ici, des tests ont été réalisés en utilisant des sortes d’illusions d’optique. Cependant la réponse (étant que le cerveau traite certaines choses dont nous n’avons pas conscience) porte sur l’ensemble de la vie d’une personne et de tous les « objets cachés » qu’elle peut rencontrer au cours de sa vie. Pour moi, la réponse ne peut s’appliquer qu’au cas des illusions d’optique. On ne peut pas être sûrs que ceci s’applique QUOTIDIENNEMENT, ou en tout cas , ceci n’est prouvé nulle part.

De plus, cette expérience et ces tests nous permettent seulement de dire que le cerveau « voit » des choses que nous ne voyons pas . En revanche, il n’y a pas de travaux ou recherches scientifiques nous expliquant pourquoi. Je trouve cela assez dommage car, après tout, c’est ce qui est le plus intéressant.

Pour conclure, cette expérience nous a montré que nous voyons toutes les choses qui nous entourent mais nous n’en avons pas toujours conscience. Et quand je dis « voyons » je parle bien entendu du cerveau. En effet, ce dernier voit tout et traite tout, mais parfois, il arrive que l’information traitée n’atteint pas le niveau de la conscience.

Ainsi, nous pouvons maintenant répondre à notre question du départ qui était «Avons-nous conscience de TOUT ce qui est capté par notre cerveau ? ». La réponse est non.Cependant, je ne suis pas satisfaite de cette réponse car je la considère incomplète.En effet, il nous manque encore de nombreuses informations dont la principale est « Pourquoi n’avons-nous pas conscience de certaines choses alors que le cerveau les a reconnues et traitées ? »

Après avoir longtemps réfléchi à comment aborder ce problème et à comment reformuler ma question de manière à trouver des réponses satisfaisantes et complètes, j’ai abouti à la question suivante : « Quelle est la différence entre sensation et perception , et comment peut-on l’expliquer ? ».

A présent , c’est cette piste que je vais suivre en espérant trouver des réponses .

A suivre …

Communication avec le grand public

Pourquoi réaliser un blog dans lequel il serait montré que notre cerveau nous « cache des choses » ? Pourquoi prouver que ce dernier perçoit certaines choses dont nous n’avons pas conscience ? Pourquoi donc essayer d’ expliquer son fonctionnement lors de la perception d’un objet ? Ce sont toutes les questions que je me suis posée à un moment donné après la création de mon blog . Toutes ces interrogations se résument bien par la question suivante :  En quoi puis je dire qu’il serait judicieux de communiquer sur mon sujet avec le grand public ?

Tout d’abord, le sujet traité dans ce blog peut intéresser le grand public car il s’agit de quelque chose qui les concerne. En effet, il est question du cerveau de l’Homme avec un grand H et non pas de certaines personnes en particulier. Le cerveau fonctionne de la même manière pour chaque être humain , nous sommes donc ainsi tous et toutes concernés. De plus, il est nécessaire d’avoir connaissance des choses qui nous entourent pour pouvoir progresser comme le dit Alexandra David-Néel : « A l’origine de toute connaissance , nous rencontrons la curiosité ! Elle est une condition essentielle du progrès » . Ainsi, beaucoup d’entre nous, au cours de notre vie, remarquons et constatons des choses qui nous intriguent et qui nous poussent à nous poser des questions . Cependant , rare sont ceux d’entre nous qui sont en mesure d’y répondre. Rendus moins curieux par les effets de l’habitude, nous tenons les choses pour évidentes ou normales, ignorant malheureusement  les savoirs et les connaissances qu’elles recèlent.  Il est ainsi du devoir de blogueurs scientifiques comme nous  de partager avec le public le peu de connaissances que nous pouvons détenir. Et ceci, premièrement, afin de rendre l’Homme moins ignorant. En effet, l’ignorance, amenant un être à se méprendre sur tout,  peut être considérée comme le premier ennemi de l’Homme. Ce discours peut paraître un peu philosophique mais je considère qu’il n’est pas excusable de rester dans l’ignorance toute sa vie.

D’autre part, ce sujet peut avoir un impact positif sur la vie des citoyens. Parlons de ma propre expérience : Avant de tomber sur la vidéo présentée dans le premier article de ce blog, j’étais loin de savoir que mon cerveau me jouait constamment des tours . Je ne savais pas que je ratais énormément de choses au quotidien et que je n’étais finalement attentive à rien. Quand je l’ai finalement réalisé , je n’ai plus du tout eu la même vision du monde qu’auparavant. A présent, je suis consciente que je ne suis consciente de rien. C’est d’ailleurs pourquoi l’Homme est facilement manipulable lors de tours de magie ou d’hypnose. Le fait de réaliser tout cela a donc eu un impact positif sur moi car il m’a permis de voir le monde d’un œil plus critique et attentif. Il en sera donc de même pour le grand public.

Ainsi, pour toutes ces raisons je pense qu’il est judicieux de communiquer sur mon sujet avec le grand public.

Cependant, le blog n’est pas forcément la forme la plus adéquate pour communiquer sur le sujet . En effet, il existe une multitude de blogs et il n’est donc pas facile pour un support comme le blog d’avoir une grande portée. Pour moi, la meilleure façon de communiquer sur ce sujet est par la télévision ou les réseaux sociaux , car de nos jours, nous passons énormément de temps devant la télé, sur nos ordinateurs ou sur nos smartphones. Il est donc beaucoup plus facile de nous sensibiliser sur ce sujet de cette manière. De même, les versions numériques de journaux scientifiques telles que Sciences & Vie ou La Recherche se font de plus en plus connaître . Ainsi, un article publié sur le site de Sciences & Vie peut être facilement accessible par n’importe quel utilisateur, et ainsi, ce dernier peut facilement être sensibilisé.

Il existe déjà des sources sur Internet qui communiquent de ce sujet mais je trouve que nombreuses d’entre elles manquent de crédibilité. En effet , beaucoup d’articles comme celui de Forbes ou de Distractify  se contentent d’énumérer des faits sans les prouver scientifiquement . Heureusement, d’autres sources comme la vidéo citée précédemment ou encore comme cet article sont des sources fiables car elles se basent sur des tests réalisés sur des humains et sur des expériences scientifiques . Cela donne plus de crédibilité et donc sensibilise plus profondément le grand public.

Commentaire d’un billet de blog

En essayant de trouver des réponses à mes questions , je suis tombée sur un blog parlant des rêves . J’ai trouvé ce blog très intéressant car il est en relation avec le fonctionnement du cerveau et le fait qu’on ne puisse pas réellement  » faire confiance  » à ce dernier. Ainsi, ce blog a pu m’apporter quelques pistes pour mon propre sujet.

A présent, attardons nous plus en détails sur ce blog …

Tout d’abord le blog commence par une vidéo humoristique qui met en scène un  » bureau des rêves  » où plusieurs personnes , des sortes d’écrivains , rédigent le rêve d’un homme. Bien sûr, tout cela est fictif  mais cette vidéo souligne bien qu’actuellement,  l’Homme ne sait pas pourquoi il rêve. Le  » pourquoi  » du rêve reste un mystère . C’est d’ailleurs ce que souligne Isabelle un peu plus tard dans la partie  » Problématique  » de son blog . Néanmoins, je pense qu’il aurait été judicieux d’avoir posté un petit paragraphe à côté de cette vidéo simplement pour expliquer pourquoi cette vidéo est pertinente par rapport au sujet. J’aurais en effet aimé trouver une courte interprétation de cette vidéo dans laquelle Isabelle expliquerait quelle est la relation avec le sujet et pourquoi elle a choisi cette vidéo.

D’autre part , la partie  » Problématique » de ce blog est très bien agencée. En effet, comme je l’ai dit précédemment, Isabelle a réalisé que le pourquoi du rêve reste un grand mystère. C’est pourquoi elle a formulé et reformulé sa question de départ . Premièrement, par le biais d’un diaporama très bien réalisé , elle a défini les mots et les notions de sa question . Puis, au fil de son argumentation, Isabelle a approfondi sa problématique qui est  » Pourquoi rêvons nous ?  » pour aboutir à la question suivante :  » A quoi servent les rêves ?  » . Cette dernière est en effet plus précise et offre une piste de réflexion plus définie .

C’est à partir de là qu’Isabelle a fait des connections , pour ma part, précises et compréhensibles mais pas assez approfondies. Elle parle en effet du cerveau , de son fonctionnement et de la psychanalyse . Or, la psychanalyse est un sujet très vaste ( lapsus, actes manqués , hystérie, désirs, pulsions,…) Il est impossible de tout traiter , c’est pourquoi il aurait été préférable de donner plus de précision au terme  » psychanalyse  » . De plus, je pense qu’il serait intéressant de faire des liens avec les hallucinations ou le somnambulisme et d’expliquer les points communs et différences de ces derniers avec le rêve. Cela pourrait peut-être offrir de nouvelles pistes. D’autre part, les acteurs impliqués et concernés ne sont malheureusement pas mentionnés , ce qui, je pense, aurait été intéressant.

Enfin, deux contradictions pertinentes sont soulevées mais de manière incomplètes . En effet, ces dernières sont résumées en une seule phrase, ce qui ne me semble pas suffisant pour comprendre totalement de quoi il s’agit. Il aurait fallu commenter ces contradictions de manière plus approfondie en expliquant pourquoi elles sont contradictoires, et éventuellement de présenter un  » dépassement » de ces contradictions. Par exemple, il est difficile de dire que les rêves ne servent à rien. Ils servent forcément à quelque chose. Ils servent déjà à nous faire prendre conscience des choses qui nous ont marqués pendant la journée. Il y aura toujours une explication scientifique à toute chose , il suffit juste de la trouver…

Ce blog m’a énormément plu car il est très clair et très bien réalisé. Le contenu est original et l’expression est claire . Il mérite qu’on aille y jeter un œil : https://lemarchandesable.wordpress.com/problematique/