Reformulation de la question et mise en contexte

Jusqu’à maintenant , notre question de départ a été formulée et reformulée de plus en plus précisément.

Au départ , nous nous sommes demandés si nous avions conscience de tout ce qui est capté par notre cerveau. Or, c’est une question qui ne se répond que par oui ou par non. Je me suis donc vite rendue compte que la réponse était non . Il a donc fallu  redéfinir la question de manière à avoir une réponse plus complète.

Après avoir fait quelques recherches, j’ai réalisé que le problème qui se pose dans notre sujet est la différence entre sensation et perception. En effet, nos sens captent les choses mais nous n’en avons pas forcément conscience. Ainsi, nous sentons mais nous ne percevons pas toujours. La question a donc été reformulée comme ceci : Quelle est la différence entre sensation et perception et comment peut -on l’expliquer ?

En commençant mes recherches sur la sensation et la perception, j’ai réalisé que la notion de sensation était très large. En effet, ils existent plusieurs sens (la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût) et en fonction des différents capteurs sensoriels la réponse n’est pas la même. Il a donc fallu préciser la question en ne choisissant de traiter qu’un seul sens. La vue est le sens le plus étudié dans le cadre de notre sujet et, selon moi, le plus intéressant. La question se redéfinit donc ainsi : Quelle est la différence entre vision et perception et comment peut -on l’expliquer ?

En recherchant la différence entre vision et perception, j’ai compris que le capteur sensoriel de la vue est l’œil (ou la rétine) . Celui ci va donc capter une information. Or, selon de nombreuses expériences (comme celles décrites dans les deux derniers billets de blog) nous n’avons pas toujours conscience de ce que l’on voit (ou de ce qui est capté par l’œil). Autrement dit, il arrive qu’on ne perçoit pas ce que l’on voit . Ainsi, on suppose qu’il existe un « traitement de données » dans notre cerveau qui va décider « à notre place » de si oui ou non l’information (captée par l’œil préalablement) va être perçue.

Ici, se pose donc une question éthique et sociale , celle du libre-arbitre (voir billet de blog précédent). La majorité des scientifiques et des philosophes sont du même avis : si le libre-arbitre pouvait vraiment réfuté, les conséquences pour la société pourraient être terribles.

Affaire à suivre …

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s